Définition et caractéristiques spécifiques des échafaudages fixes

Parmi les différents types d’échafaudages se trouvent les échafaudages fixes. Ces derniers sont les plus habituels. En générale, les travaux de rénovation de bâtiments font appel à ce type d’échafaudages. Mais quelles sont leurs caractéristiques techniques, leurs avantages et les obligations que leur utilisation entraine ?

Caractéristiques techniques de l’échafaudage fixe

Un échafaudage fixe, ou échafaudage à pied, est un type d’échafaudage installé par des professionnels. Comme son appellation l’indique, l’échafaudage à pied possède des appuis solides dans le sol. On en distingue deux catégories : les échafaudages cadres et les échafaudages modulaires ou multidirectionnels, encore appelés échafaudages à éléments linéaires. Les premiers ont une structure relativement simple se répartissant dans un « cadre » fixe. Ils servent souvent aux rénovations de façades d’immeubles en ville. Les seconds sont de formes plus variées puisqu’ils peuvent tourner et posséder différents « modules » et donc différents types de structures emboitées.

Au-delà de ces différences subtiles, les échafaudages fixes sont généralement composés de vérins de réglage, de planches avec trappe donnant sur le plateau ou plancher de travail. De plus, il est légalement obligatoire de placer des garde-corps pour limiter les risques de chute des ouvriers. Enfin, ces constructions peuvent être cachées derrières des filets de protection, empêchant les débris de tomber sur les voies publiques.

Les prix des échafaudages fixes sont beaucoup plus élevés que ceux des échafaudages mobiles mais les qualités des premiers sont parfois indispensables. Ainsi, il faut compter environ 2 000 € voire plus pour un échafaudage fixe en acier de 60 m². Néanmoins, la solution de la location peut permettre d’alléger ce budget.

Avantages et qualités des échafaudages fixes

Ce type d’échafaudage est le plus couramment utilisé pour les longs chantiers ainsi que pour ceux nécessitant la levée de nombreux matériaux. En effet, bien qu’ils soient moins polyvalents que les échafaudages mobiles, les échafaudages à pied possèdent de nombreuses qualités. D’un point de vue sécuritaire, ils sont particulièrement stables et donc adaptés à un travail sur la durée. De plus, leurs garde-corps sont relativement élevés (minimum 1 mètre) et rigides, ce qui augmente la sécurité de la structure. Les platelages assez larges (environ 0,70 x 0,90 mètres) et bien reliés entre eux puisqu’il s’agit de plateaux continus et jointifs. En outre, les trappes permettant d’accéder à chaque niveau sans échelle sont très pratiques. Pour compléter la sécurité, des ancrages amarrent l’échafaudage et des filets de protection empêchent la projection de gravats.

Par ailleurs, l’échafaudage fixe peut supporter des charges élevées : de 150 à 600 kg/m² autorisés selon les classes réglementaires. La sixième classe qui autorise les charges les plus importantes est uniquement constituée d’échafaudages multidirectionnels. Ils sont utilisés pour des travaux de maçonnerie lourde, pour la reconstruction de charpentes… Ces différentes catégories sont achetables auprès de professionnels des échafaudages tels que Genriès ou Leroy Merlin par exemple.

informations-echafaudages-fixes

Normes, réglementations et recommandations liées aux échafaudages fixes 

Les échafaudages fixes sont souvent les échafaudages les plus imposants, qui restent en place le plus longtemps et sur lesquels sont positionnés le plus d’ouvriers simultanément. C’est pourquoi la réglementation est spécifiques et cadre particulièrement ce type de structure.

Ainsi par exemple, seuls des professionnels du bâtiment ou des personnes ayant suivi une formation adaptée peuvent monter ou démonter ce type d’échafaudages, et ce d’une certaine façon uniquement. Cette obligation est imposée par le décret 2004-924 du 01/09/2004 relatif à « l’utilisation des équipements de travail mis à disposition pour des travaux temporaires en hauteur ».

Une réglementation du CNAMS (Confédération Nationale des Métiers et des Services) complète ce texte. Il s’agit de la recommandation R408. Elle vise à limiter les risques de chute, d’effondrement, d’électrisation… Dans ce but, elle interdit notamment l’utilisation des échelles, escabeaux ou marchepieds comme poste de travail. En effet, ces positionnements ne sont pas sécuritaires et renforcent les risques de blessure.

Enfin, la Norme NF EN 12811 vient cadrer les charges maximales autorisées sur les échafaudages en les répartissant dans 6 catégories. Celles-ci sont aussi déterminées en fonction du type d’activités envisagées lors du chantier. Ainsi par exemple, la catégorie 3 peut supporter une charge de 200 kg/m² alors que la 5 peut en supporter 450.